Spip d’archivages formations & recherches - philippeclauzard.com
Accueil du site > Formation pour les nouveaux tuteurs, MAT > Gestes professionnels selon Bucheton

Gestes professionnels selon Bucheton

lundi 22 octobre 2012, par Philippe Clauzard

Les gestes professionnels identifiés par le LIRDEF/Bucheton sont :

- 1- le tissage qui est une articulation entre les différentes unités de la leçon. Il s’agit d’une opération de liaison que fait opportunément l’enseignant. Ce tissage comprend les entrées en matière (mise en train, l’articulation des tâches, le bout du tunnel, l’instrument papier), les types de transition (la transition implicite, l’absence de transition, la transition conclusive), la gestion matérielle afférente ;

- 2- l’étayage qui se définit comme ce que l’enseignant effectue parce que l’écolier ne peut pas agir seul. Il comporte :
- les fonctions de soutien où le professeur accompagne les élèves dans leur démarche d’apprentissage (appui sur les savoirs et l’expérience, le dépistage-focalisation, le comment faire, le synthétiseur comme sous-catégorisations),
- les fonctions d’approfondissement où l’enseignant se focalise sur un élément du discours des élèves pour les amener à le creuser (approfondissement personnel ou collectif, effet miroir, reformulation-explication),
- les fonctions de contrôle où le pédagogue veille au contrôle des réponses (l’œil averti, la validation, l’impatience sont des sous-catégorisations) ;

- 3- l’atmosphère qui relève du climat cognitif et relationnel autorisant ou non la parole aux apprenants. Cette catégorie se subdivise en sous-classe avec les fonctions ludiques qui sont des diversions par rapport aux cadres didactiques (par exemple les « anecdotes » ou la « spontanéité » qui ont pour but de détendre l’atmosphère de classe et pouvant présenter un lien sous-jacent avec le travail en cours). Autre sous-classe : les fonctions d’affectivité : le « ne... pas » vise le retour à l’ordre et les « gratifications » sont les félicitations et encouragements du professeur accordés aux élèves. La fonction d’enrôlement règle la participation dialoguée des élèves (par le verbal ou le muet).

- 4- la quatrième catégorie est celle du spatio-temporel qui comprend la gestion du temps par l’enseignant (le timing), la boîte à outils (qui renvoie essentiellement à l’affichage en classe), le parcours du combattant qui sont les déplacements de l’enseignant pour réprimander les élèves, consolider le groupe classe, contrôler et rectifier les erreurs, préciser une consigne ou gérer le matériel scolaire en distribuant du matériel. La sous-catégorie « bougeotte » est la gestion des déplacements des élèves.La dernière et cinquième catégorie concerne les spécificités didactiques. C’est le « faire apprendre » grâce aux dispositifs conçus par le maître d’école. Cela est fonction de la discipline enseignée et non reproductible à l’identique d’une discipline scolaire à l’autre.

- + d’infos sur www.lirdef.fr

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0