Spip d’archivages formations & recherches - philippeclauzard.com

COURS 5 & 6 : LE 21 ET LE 28 MARS, SUR LA THÉORIE DE L’ACTIVITÉ, LES CONCEPTS DE SCHÈME, DE GENRE, D’HABITUS

lundi 25 mars 2013, par Philippe Clauzard

La théorie de l’activité est née des théoriciens soviétiques du début du XXe siècle. Ces théories reviennent sur le devant de la scène avec les théories de la cognition et de l’apprentissage. Nos activités sont insérées dans une matrice sociale qui est composée d’individus et artefacts, d’outils. La prise en compte du contexte dans la compréhension d’une activité est une caractéristique fondamentale de la théorie de l’action. Les objets de recherche des théories de l’activité sont des systèmes complexes plutôt que des individus. Il est accordé une place plus large au processus de médiation est internalisation des artefacts. Leontiev, un des fondateurs de la théorie de l’action distingue trois niveaux d’activités : les activités proprement dites, des actions et les opérations. – Les activités sont en relation étroite avec un but conscient, une motivation et peuvent donner lieu a une multiplicité d’actions. Ils ont trait à une finalité, une intention. – Les actions s’effectuent par des opérations qui sont des procédures compilées et inconscientes. Une action peut servir plusieurs activités : par exemple faire cuire de l’eau de servir à faire du thé, faire des inhalations pour guérir de la grippe ou pour faire cuire des œufs… Une action répond toujours a un but. Et une opération permet l’exécution de l’action selon des conditions nécessaires. Les actions et les opérations sont dans une relation dynamique qui permet à une action de devenir une opération. Au fur et à mesure que des actions deviennent des opérations, le sujet peut s’occuper d’actions de plus haut niveau. Lorsque les conditions d’exécution d’une opération ont changé, celle-ci peut à nouveau obtenir le statut d’action pour être spécialisée et adaptée à ses nouvelles conditions. On observe ainsi qu’en situation de travail ou de quelques autres activités quotidiennes, le sujet produit des activités mentales de haut niveau, de conceptualisation au fond de ses actions, pour reprendre une idée de Gérard Vergnaud. En Résumé : une activité est associé à un motif, une action à un but et une opération à des conditions nécessaires à l’exécution de l’action. Les technologies de l’information exemplifient ces trois niveaux théoriques de l’activité. Au niveau des opérations, il s’agit d’automatiser des tâches répétitives comme les calculs informatiques. Au niveau des actions, l’informatique donne au sujet un point de vue alternatif sur l’objet Pour lequel il produit des calculs, c’est son but. Au niveau de l’activité, l’informatique permet non seulement de traiter de nouvelles problématiques qui ne pouvaient auparavant être abordées, mais aussi de créer une communauté d’acteurs partageant le même objet : nous sommes bien ici au niveau des finalités, d’une intentionnalité. Leontiev apporte en plus à sa théorie le concept d’organes fonctionnels. Si on considère que l’interface est un médiateur de l’activité, nous avons deux frontières à prendre considération. Par exemple celle entre l’utilisateur et l’ordinateur et celle entre le couple utilisateur – ordinateur et le monde extérieur. Proprement l’exemple donné par Patson, il apparaît difficile de définir la frontière entre un Aveugle tenant une canne blanche et le monde extérieur. La frontière se trouve-t-elle entre la main et la canne, entre la canne et le sol, au milieu ? On peut dire que, subjectivement, la canne fait partie des organes de l’aveugle. Comment pourrait-on par ailleurs expliquer les actions et la représentation qu’à l’aveugle de son environnement sans intégrer pleinement sa canne ? Cet exemple relativement extrême a pour fonction de faire saisir l’idée qu’un instrument d’une activité de travail prolonge le sujet dans son travail. L’instrument ou autrement dit l’outil fait corps avec le sujet dans son travail. Cela définit les organes fonctionnels. Pour Leontiev, les organes fonctionnels sont "des configurations de ressources internes et externes, intégrées fonctionnellement et orientées selon un but". Les organes fonctionnels sont donc des extensions qui sont vécues comme faisant partie intégrante du corps ou du système cognitif. D’ailleurs nous remarquons que pendant la phase d’appropriation et apprentissage, un outil appartient au monde extérieur pour le sujet. Ce n’est qu’après la mise en place d’une certaine expertise qu’un outil devient un organe fonctionnel. Le Processus d’internalisation est ainsi au cœur du processus d’apprentissage.

La théorie de l’action regroupe un ensemble d’hypothèses qui sont issues de multiples travaux de chercheurs socio-constructionnistes. La théorie de l’activité comprend cinq principes : – La structuration de l’activité est dirigée par un motif que le sujet désigne pour un ensemble d’actions, – L’activité est orientée par les objets, – L’activité externe peut être dissociée de l’activité interne de l’esprit, – Elle nécessite la création et la transformation d’objets de médiation entre l’externe et l’interne, – Elle implique le développement de pratiques socialement organisées.

Structuration de l’activité L’activité est une unité d’analyse. L’activité est composée d’actions opératoires. Elle est dirigée vers un motif. Lequel donne la direction d’agir aux actions. Les actions en cours sont conscientes pour exercer l’activité. Elles sont accomplies au moyen d’opération, lesquels sont spontanés. Les opérations ne comportent pas de buts en eux même, mais permettent d’ajuster les actions avec le contexte. Les constituants de l’activité (Action, opération, motifs) ne sont pas fixés et peuvent changer au cours de changements de contexte.

Orientation par les objets Les individus vivent dans une réalité constituée d’objets matériels, lesquels contextualisent les actions. Les objets matériels comprennent tous les objets qu’ils soient tangibles ou intangibles. Les propriétés des objets matériels ne se résument pas à leurs propriétés objectives au sens strict (La propriété de l’objet). Les objets comprennent aussi des propriétés sociales et culturelles.

Internalisation / externalisation Les activités mentales ne peuvent être dissociées des activités externes, car elles s’entretiennent l’une avec l’autre. L’internalisation est la transformation d’une activité externe en une activité mentale, laquelle procure une signification. L’externalisation transforme les activités mentales en actions matérielles lorsque l’activité nécessite des repères d’actions en cours, ou un accompagnement pour l’action ou un ajustement constant de l’activité avec le contexte, notamment dans le cas d’une activité en collectivité. Outil de médiation L’activité crée des outils de médiatisation entre le sujet et le motif. Les outils sont des productions historiques et culturelles. L’usage des outils produits au cours des activités est transmis dans le contexte social. L’usage de ces outils influence la nature des comportements externes et donc aussi les façons de penser des individus. Développement Les pratiques d’activité se modifient et la théorie de l’activité ne cherche pas à proposer un cadre interprétatif, mais un cadre contextuel pour comprendre l’influence de l’environnement matériel sur les pratiques d’actions.

L’activité se constitue à partir de 2 niveaux en correspondance au cours de l’activité. En effet, l’activité est liée au motif. Le motif, matériel ou idéel, éveille et oriente vers le sujet l’activité en question. Il peut être donné dans la perception comme être imaginée. L’activité n’est observable qu’au travers des actions qui la réalisent. Les actions lorsqu’elles se réalisent mettent au jour des résultats, elles sont donc bien soumises à un ou des buts conscients sinon elles ne seraient pas clôturées. Le sujet ne pouvant pas savoir si ses actions ont atteint un but. Les opérations se rapportent aux conditions de l’agir. Cependant si le motif, et donc le but, ne change pas, il se peut que les conditions matérielles changent et bouleversent le contexte d’opérations. Cette idée met bien en évidence le caractère fluctuant de l’action en fonction des conditions d’accès à l’agir dues aux objets de la situation. Sources : thèses univ-lyon3

Pour conclure, notons que la prise en compte du contexte dans la compréhension d’une activité est une caractéristique fondamentale de la théorie de l’activité. D’une certaine façon cela rejoint le paradigme de Gérard Vergnaud entre schème et situation (une organisation invariante de l’activité dans une. Classe de situation donnée). Ainsi que les positions théoriques de la didactique professionnelle et ses notions d’organisateurs de l’activité dans un contexte singulier avec un sujet tout aussi singulier...

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0