Spip d’archivages formations & recherches - philippeclauzard.com
Accueil du site > Connaissance du système éducatif > Cours numéro 6 : Les réformes à venir, regards sur l’académie de la (...)

Cours numéro 6 : Les réformes à venir, regards sur l’académie de la Réunion

jeudi 25 avril 2013, par Philippe Clauzard

Peut-on réformer l’Ecole ?

Notes d’après éditorial du café pédagogique : www.cafepedagogique.net/

La nouvelle loi d’orientation peine à dire ce qu’elle met au centre de son dispositif. S’il semble bien que ce soit l’acte d’enseigner, il apparait que son projet est brouillé par la multiplicité des acteurs et des détails. Sans doute est-il trop tôt pour discerner réellement la nouvelle maison École que construit Vincent Peillon. Le ministre a bel et bien une vision de l’École. Mais les plans de l’architecte se transforment en lois, comme la loi d’orientation, en décrets , en arrêtés , en circulaire et même, pour des aspects qui sont loin d’être négligeables, en pratiques pédagogiques ou en postures éducatives, qui vont s’égrener tout au long des mois et des années à venir. C’est peut-être seulement quand la maison sera debout qu’on en aura les plans. Les lois d’orientation précédentes étaient plus lisibles. Celle de 1989 posait l’élève au centre du système éducatif. La loi de 2005, mettait le socle et la question de la transmission des connaissances et compétences au centre. On distingue plus difficilement ce que la loi de 2012 met au centre. C’est affirmé avec moins de netteté. Mais peut-être est-ce la relation pédagogique, l’acte d’enseignement. La pédagogie au centre cela se distingue dans plusieurs aspects de cette loi. D’abord par la priorité donnée à la formation des enseignants et l’ouverture des Espé. La réorganisation du pilotage avec l’arrivée de Conseils indépendants chargés de suivre les programmes et d’évaluer l’efficacité de l’École vont en ce sens. La réécriture du socle, sa transformation en socle des connaissances, des compétences et de la culture, la réforme des cycles, l’intérêt porté aux enseignement non fondamentaux illustrent qu’on est bien en train d’agir sur le terrain pédagogique. L’importance toute nouvelle accordée au numérique montre la volonté de s’ancrer dans le 21ème siècle. L’accent mis sur le primaire, avec des missions définis et un vrai appui budgétaire s’inscrit dans la même perspective. Mais cette vision est brouillée par la dispersion des acteurs. La loi n’apporte pas vraiment de réponse claire entre ce qui doit rester national et ce qui doit relever de la gestion locale. Ce qui n’étonne pas non plus puisque le préambule de la constitution affirme que "La France est une république indivisible". Le projet politique français est donc d’instituer une uniformité. Mais pourtant les collectivités locales sont parties prenantes et avec les décentralisations possèdent des attributions éducatives ; on l’a vu avec l’épisode des rythmes scolaires et les désaccords exprimés. Les champs d’action de ces collectivités n’est pas assez clarifié. On reste dans un système unique en Europe où les responsabilités éducatives sont étatiques, tempérées par des arrangements locaux très complexes. Ce qui conduit à des moyens importants mis par les collectivités, souvent à la marge de l’action éducative. Au final beaucoup de dépenses et peu de résultats en terme de niveau scolaire. Si la refondation reconnaît l’importance de l’enseignant et de sa pédagogie, elle instaure des machines administratives qui tournent autour de lui sans pouvoir souvent le servir. Quelle vision du métier veut-on donner ? Que fait-on pour redynamiser le corps enseignant ? Où est la prise de responsabilité de l’enseignant ? Le défi de l‘éducation prioritaire n’arrive pas à émerger de la loi d’orientation. C’est pourtant vraiment là que va se mesurer l’utilité de cette loi en termes de diminution du décrochage et réduction de l’écart de niveau entre les établissements et les catégories sociales. Cet objectif est vu par la loi qui veut faire de l’indicateur de l’écart entre établissements un véritable baromètre. Mais les moyens de cette éducation ne sont guère explicités. La loi est faite mais presque tout semble rester à faire. Certains parlent d’un marchepied pour gravir la montagne de la refondation, le travail à venir étant immense.


- Adoption en première lecture de la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’École de la République : http://www.education.gouv.fr/cid708...

- Exposé des motifs de la loi d’orientation : http://www.cafepedagogique.net/lexp...

- Le projet de loi d’orientation Vincent Peillon : http://www.cafepedagogique.net/lexp...

- Analyse du Café Pédagogique : Ce qui attend l’Ecole : La loi d’orientation dévoilée http://www.cafepedagogique.net/lexp...

- Décembre 2012 - Mars 2013 : la loi d’orientation, textes et analyses du Café Pédagogique : http://www.cafepedagogique.net/lesd...


- Le site académique (rectorat et inspection académique) : www.ac-reunion.fr

- Projet Stratégique Académique 2012-2016 http://www.ac-reunion.fr/fileadmin/...

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0