Spip d’archivages formations & recherches - philippeclauzard.com
Accueil du site > Cours Processus d’Apprentissage > Question d’apprentissage > Ce que l’on sait de l’apprentissage aujourd’hui

Synthèse du Babin 2008

Ce que l’on sait de l’apprentissage aujourd’hui

mardi 3 septembre 2013, par Philippe Clauzard

- Nombre de psychologues coqnitivistes admettent aujourd’hui que, face à un apprentissage , tout individu utilise un processus a peu près immuable et ce, quel que soit l’objet de l’apprentissage.
- Essayons, d’en analyser la dynamique même, en termes de processus complexes : au sens informatique du terme).

- A. Période de repérage et d’expectative : C’est la période d’élaboration du projet personnel « De quoi s’agit il ? Que me demande- ! on ?Pourquoi ? Quel "bénéfice" vais-je retirer de cette activité ? Dans quel cadre cela s’inscrit-il ? Est-ce un problème nouveau ? Vais-je rencontrer une situation connue ? D’habitude, je n’y comprends rien, alors 7 »

- II ne saurait donc y avoir d’apprentissage des opérations mentales (transitivité, réversibilité, réfïexibilité, etc.) indépendamment du projet et des contenus sur lesquels ces opérations prennent du sens.

- B. Période d’appréhension :

C’est une phase de découverte active. On est face à un problème On entre dans la difficulté, on tâtonne on essaie On formule des hypothèses, on confronte les observations a ce que l’on sait déjà On développe la stratégie personnelle que l’on pense être la plus efficace pour aborder cette nouvelle activité.
- C’est une période de réorganisation mentale, de confrontation avec l’existant qui, si elle est occultée (même partiellement), ne permettra pas à l’apprenant de franchir les étapes suivantes. Il est donc préférable que l’on y renonce momentanément si les conditions ne sont farovables a cette activité ; la situation sera rencontrée ultérieurement.
- dans une situation similaire, celui qui apprend n’ose que rarement faire part de ses difficultés et l’enseignant n’est pas toujours attentif, parce que cela relève de l’intégrité de chacun, aux opérations intellectuelles qu’effectue (ou que n’effectue pas) l’apprenant

- C. Période d’acquisition

- D. Période d’entraînement

- E. Période de généralisation et de transfert L’apprentissage effectué, l’individu utilise ses connaissances dans un autre cadre que celui d’une application directe.

- F. Période de performance : La notion est mise en mémoire àlong terme ; elle est disponible rapidement en diverses circonstances

- G. Période de renforcement Chaque ? nouvelle utilisation de la notion vient en parfaire la maîtrise, se produit une " automatisation".

La seule variable porte sur le temps que l’individu consacre à chacune des périodes. Néanmoins, c’est, pour l’enseignant, la question fondamentale, car à chaque éleve va correspondre un cheminement singulier Certains vont se mettre immédiatement en projet, mais leur appréhension sera tort longue D’autres vont rapidement stocker la notion en mémoire à court terme et réussir tous les exercices d’entraînement , malheureusement, ils auront beaucoup de mal a transférer les connaissances dans des circonstances quelque peu différentes. L’enseignant devra concilier la conduite globale d’un groupe-classe et l’indispensable personnalisation des processus d’apprentissage. Pour notre part, nous sommes persuadés que tout apprentissage est une construction et non une réception ; la confrontation permanente avec tout ce que l’on a déjà observé et mémorisé s’opère selon les modalités que chacun, d’entre nous juge les plus efficaces.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0