Spip d’archivages formations & recherches - philippeclauzard.com
Accueil du site > Cours Processus d’Apprentissage > Apprendre, c’est d’abord comprendre

Apprendre, c’est d’abord comprendre

samedi 20 août 2016, par Philippe Clauzard

Qu’est-ce qu’apprendre ? Qu’est-ce que comprendre ? Qu’est-que retenir ? Qu’est-ce que mémoriser ? Qu’est-ce que se souvenir ? La plupart du temps, nous confondons ces notions. Le langage de tous les jours entretient ces confusions et les apprenants en pâtissent.

- Que signifie « apprendre sa leçon » ? Qu’est-ce « savoir sa leçon » ? Est-ce : Mémoriser ? Retenir ? Se souvenir ? Pouvoir réutiliser ? Pouvoir replacer les notions dans leur contexte ? Créer du lien entre elles ? Les rattacher à se qu’on connaît déjà ? Pouvoir paraphraser le texte avec son propre vocabulaire ? Retenir les principales dates ? Mémoriser les noms des auteurs ?
- On entretient l’idée d’un apprentissage passif : " des têtes qu’on remplit par l’étude et qu’on vide le jour de l’examen". Nous ne sommes pas encore sortis des "métaphores physiques et mécanistes" de l’apprentissage… On ne saisit pas toujours ce qu’est vraiment apprendre.
- Retenir par coeur n’est pas apprendre. C’est même la meilleure façon d’oublier. Apprendre, ce n’est pas seulement mémoriser. Apprendre, c’est d’abord : comprendre ! C’est former des concepts qui vont se tisser avec ceux qu’on a déjà assimilé. C’est tisser des liens avec ce que l’on sait déjà dans une interaction entre le nouveau et l’ancien de nos connaissances, selon une perspective piagétienne. C’est un bond informationnel qui est attendu, un glissement conceptuel (selon notre jargon scientifique, mais très opérant.)
- Comprendre, du latin cumprehendere, veut dire « prendre ensemble« , « prendre avec« . Et donc, tisser des liens. Entre les différents éléments de ce qu’on apprend. Entre les différentes parties de la matière étudiée, entre les différents cours suivis.
- Créer des liens entre ces différentes parties de cours ou entre les cours eux-mêmes, c’est quelque chose d’actif, de créatif. On ne vous servira pas ces liens sur un plateau : vous devrez les créer vous-mêmes.
- Le mindmapping est l’une des techniques qui facilite l’apprentissage. Les cartes heuristiques ou conceptuelles aident à visualiser les liens et les relations entre les parties et avec le tout.
- Le site de Bertolini, dont s’inspire cet article, en donne quelques clefs simples. Utiliser les outils numériques est facilitateur du nécessaire travail individuel de conceptualisation. Le même auteur suggère d’utilisez les informations de cours emmagasinées en jouant, avec des flashcards réalisées à la main ou encore avec un logiciel comme Studyblue ou comme Cérego par exemple. Vous pouvez aussi réaliser vos flashcards Anki à partir d’une carte mentale XMind avec l’application XMind2Anki. Ces logiciels et applications se basent sur la théorie des répétitions espacées.

Voir en ligne : Comment étudier efficacement en 5 étapes PAR MARCO BERTOLINI le MARS 13, 2012 • ( 162 )

P.-S.

- L’auteur prend comme exemple de construction de connaissances par "tissage", ou création de liens, la notion du romantisme.
- Il explique qu’une élève imaginaire, Céline, a lu et relu le texte sur les écrivains romantiques en prévision de son interrogation du lendemain. Elle a correctement retenu les noms de Chateaubriand, de Lamartine, de Victor Hugo. Elle connaît les titres de leurs oeuvres, les dates, etc. Pour autant a-t-elle vraiment tout compris ? Ne sommes-nous pas en face d’une illusion d’apprentissage ou d’un apprentissage pour le moins partiel ? En effet, l’étudiante Céline n’a pas construit de liens entre le courant romantique, en opposition aux valeurs classiques et le courant naturaliste, réaction au sentimentalisme romantique. Il aurait été intéressant d’opérer des liens entre les différents cours : en effet, " les cours d’histoire ou de sociologie permettent de comprendre que le mouvement romantique est né pendant les guerres napoléoniennes, alors qu’une classe bourgeoise commence à remplacer la noblesse dans les postes-clés de la société, que les nations commencent à s’affirmer, que l’individu prend de l’importance par rapport à la communauté, etc. Et toutes ces nouvelles valeurs s’affirment dans des poèmes et des romans qui exaltent l’individualisme, la valeur personnelle, les sentiments nobles, la patrie, la langue nationale, etc. On peut ainsi conclure que le romantisme, ce n’est pas que quelques poèmes exaltés sur la mer ou sur les feuilles d’automne : c’est d’abord l’aspiration de toute une jeunesse à bâtir quelque chose de neuf, à trouver sa place sur les ruines d’un vieux monde, à mettre en avant ce qu’elle sent de meilleur en elle-même ! "
- Comprendre cela par l’exercice de construction d’une carte heuristique, d’une carte mentale que l’on va compléter au besoin par des recherches personnelles sur l’internet ou en bibliothèque est à la fois le moyen de comprendre et de réussir son examen...

- Extraits du site de Marco Bertolini :https://format30.com/2012/11/13/app...

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0