Spip d’archivages formations & recherches - philippeclauzard.com
Accueil du site > Focus sur la didactique professionnelle > La notion de régulation dans l’analyse de l’activité

Double régulation de l’activité du sujet par les propriétés de la situation et les caractéristiques du sujet (d’après Leplat 1997), les résultats de l’activité modifient la situation et les effets de l’activité modifient le sujet

La notion de régulation dans l’analyse de l’activité

lundi 1er mai 2017, par Philippe Clauzard

Le présent article s’attache à montrer le bénéfice que peut tirer l’analyse de l’activité d’une meilleure connaissance de la notion de régulation souvent mal définie. À cette fin, il essaiera surtout de suggérer quelques pistes de travail et des moyens de les poursuivre. Il commencera par dégager quelques traits essentiels de cette notion et en proposera un modèle. Cette notion sera aussi articulée à celle de règle. La deuxième partie montre comment le modèle de régulation proposé permet d’éclairer l’analyse de l’activité, en même temps que celle-ci amène à enrichir ce modèle. Elle fera apparaître, notamment, la multiplicité des boucles de régulation susceptibles d’être exploitées dans l’exécution d’une tâche et le rôle important que peut jouer la métarégulation dans l’organisation de l’activité. La troisième partie, plus concrète, examinera quelques types d’usage de la régulation dans des études d’orientation ergonomique. Elle en donnera un petit historique, puis abordera des thèmes autour desquels se sont organisées de telles études, en particulier, la place des cadres temporels, les activités collectives et la formation. La conclusion reviendra sur l’intérêt d’un bon usage de la notion de régulation et indiquera quelques limites à son utilisation.

La notion de régulation revient souvent dans les textes consacrés à l’étude de l’activité en situation de travail, que ce soit dans une perspective psychologique, ergonomique ou dans celle de la formation. Son emploi revêt des formes variées depuis un emploi en référence à un modèle précis jusqu’à un emploi sans définition préalable. Dans ces différents cas, la notion véhicule généralement l’idée de contrôle : quand on dit qu’un processus est régulé, on sous-entend, au moins, qu’il est contrôlé, organisé, même si on ne spécifie pas comment. Dans cette signification floue, un processus régulé s’oppose à un processus plus ou moins erratique. Pour être plus précis, il faudra réfléchir sur le contenu à donner à cette notion de régulation : ce sera un des buts de cet article. Ashby (1958) qui a beaucoup travaillé à donner un statut à cette notion en a montré aussi l’intérêt dans des domaines variés.

« Le sujet de la régulation est très étendu dans ses applications couvrant la plupart des activités en physiologie, sociologie, écologie, économie et beaucoup d’activités dans toutes les branches de la science et de la vie » (p. 105).

2Le présent texte, d’ambition plus modeste, voudrait montrer le bénéfice que peut attendre l’analyse de l’activité en situation de travail d’une bonne connaissance de la notion de régulation et de sa modélisation. À cette fin, il voudrait surtout suggérer quelques pistes de travail et des moyens de les poursuivre. Le lecteur qui souhaite approfondir cette notion et la situer dans des contextes plus larges où elle a été systématisée et discutée pourra consulter, par exemple, Simon (2004/1996) ou Le Moigne (1990). Dans le présent article, on commencera par dégager quelques traits essentiels de la régulation et on en proposera un modèle qui retient ses traits essentiels. Comme tout modèle, celui-ci n’épuise pas les propriétés de la situation qu’il modélise. Ce sera parfois à travers ses insuffisances mêmes et ses limites que se révéleront des propriétés de cette situation. On articulera aussi cette notion à celle de règle. La deuxième partie s’attachera à montrer comment le modèle de régulation proposé permet d’éclairer l’analyse de l’activité, en même temps que celle-ci amène à enrichir ce modèle. Elle fera apparaître, notamment, la multiplicité des boucles de régulation susceptibles d’être exploitées dans l’exécution d’une tâche et le rôle important que peut jouer la métarégulation dans l’organisation de l’activité. La troisième partie, plus concrète, examinera quelques types de modélisation de la régulation dans des études d’orientation ergonomique. Elle en donnera un petit historique, puis abordera des thèmes autour desquels se sont organisées de telles études, en particulier la place des cadres temporels, les activités collectives et la formation. La conclusion reviendra sur l’intérêt de l’usage de la notion de régulation et indiquera quelques limites à son utilisation.

Voir en ligne : La notion de régulation dans l’analyse de l’activité, Jacques Leplat

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0