Spip d’archivages formations & recherches - philippeclauzard.com

Quelques éclairages théoriques

mardi 23 octobre 2012, par Philippe Clauzard

- Débriefing, analyse du travail
- La procédure du débriefing, un entretien conduit par un formateur (ou un chercheur) est un dispositif d’analyse de l’activité du praticien mis en place juste dans l’après-coup (c’est-à-dire dans l’après "faire la classe d’enseignement ou de formation") -> contribue à la formation du professionnel.

-  L’analyse du travail = un concept d’origine ergonomique : n’opposant pas théorie à pratique. Car dans toute pratique il y a aussi une part de théorie et chaque théorie se pratique !

- Écart entre la prescription de l’employeur et l’activité réelle du professionnel
- Mesure + compréhension de cet écart = l’enjeu d’une analyse ergonomique du travail.

- De l’articulation situation / action ?
- Le praticien réflexif qui analyse son action dans l’après-coup s’interroge aussi sur l’analyse de la situation opérée dans le feu de l’action.  Notons toutefois que l’objet de l’analyse de pratique n’est pas la situation pour elle-même, mais la façon dont le praticien a perçu cette situation dans le vif de l’action et comment cela a-t-il affecté son geste, son action professionnelle.  Les variables de la situation ne sont pas objet d’analyse, mais c’est l’acte qui s’y est inscrit. Il existe une articulation forte entre l’action et la situation. Une juste appréciation de la situation caractérise la pertinence d’une action…-

- 2 pôles :
- Se situer entre le générique et le singulier
- Entre l’invariant et la variant
- Le stable et l’instable
- Afin de s’adapter aux situations, aux variables des situations de l’agir professionnel, aux évolutions des situations professionnelles…

- Concept de schème :

- un concept majeur pour comprendre l’activité professionnelle, voire toute activité humaine, un organisateur entre activité et situation -(Gérard Vergnaud)-

-  Première définition :

Un schème est une forme invariante d’organisation de l’activité, associé à une classe de situations.

- Deuxième définition : La deuxième définition du concept de schème est plus analytique que la première.

- Un schème comporte nécessairement 4 sortes de composantes :

- un ou plusieurs buts se déclinant en sous-buts et anticipations ;
- des règles d’action, de prise d’information et de contrôle ;
- des invariants opératoires ; concepts en acte et théorèmes en acte ;
- des possibilités d’inférence.

- Ces quatre composantes permettent de rendre compte de plusieurs propriétés du schème : l’intentionnalité (buts et sous buts), le caractère génératif (les règles engendrent l’activité au fur et à mesure), la connaissance du réel (les invariants opératoires), l’adaptabilité à la variété des cas de figure et le calcul en situation (les possibilités d’inférence).

- Développement théorique en termes de concepts pragmatiques et de modèles épistémiques et opératif :

- une structure conceptuelle de la situation, qui est un recueil d’organisateurs de l’activité, constitué de concepts pragmatiques, et dans une certaine mesure, de concepts scientifiques, que les opérateurs mobilisent dans l’action pour diagnostiquer la situation de travail et agir avec pertinence
- un ensemble de stratégies et un modèle opératif du praticien, qui représentent la manière originale de chacun des praticiens de s’ajuster aux situations. Le modèle opératif est la perception et le traitement du praticien de la structure conceptuelle de la situation d’exercice de sa fonction.

A suivre...

P.-S.

Cours de Philippe Clauzard, MCF IUFM LA REUNION octobre 2012 - Tous droits réservés

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0